Bienvenue

Bienvenue sur ce modeste blog dédié à l'information artistique et culturelle dont nous avons connaissance.

Nous recevrons avec plaisir toute information concernant un évènement que vous organisez, un livre que vous venez d'écrire, un CD que vous venez d'enregistrer...

Ce blog est géré par un journaliste professionnel.








vendredi 17 février 2017

A Liège, un récital exclusif en Belgique de la pianiste Momo Kodama

Invitée pour la première fois à Liège, la pianiste japonaise célèbre sa France d’adoption avec Debussy, Ravel et Chopin, au moment où elle publie un disque « Point and line » consacré aux études de Debussy et Hosokawa. Un récital exclusif en Belgique.

Photo Marco Borggreve
« La pianiste éclaire le moindre détail, sans pour autant bousculer le rythme. Là encore, il faut apprécier ce jeu renouvelé et d’une liberté confondante - quel bain de jouvence ! » (Classica). Momo Kodama est pour la première fois à la Salle Philharmonique de Liège le dimanche 26 février à 16 heures, dans le cadre de la série « Piano 5 étoiles », dans un programme savamment élaboré autour de ses compositeurs de prédilection : Chopin (avec une palette d’œuvres courtes aux formes diverses), Debussy (des extraits de ses Études) et Ravel (La Valse).

Née à Osaka, Momo Kodama a étudié la musique en Allemagne avant de s’installer en France où elle vit aujourd’hui. Disciple de Murray Perahia, András Schiff et Tatiana Nikolaïeva, elle nourrit une passion indéfectible pour la musique de Chopin. Maintes fois saluée pour son interprétation des compositeurs français, elle vient de publier un disque intitulé « Point and line » (ECM Records) qui mêle intimement les 12 Études de Debussy et les 6 Études de l’un de ses compositeurs japonais de prédilection, Toshio Hosokawa.

Sur le choix des œuvres, Momo Kodama confie :

« Construire un programme est toujours quelque chose d’à la fois très compliqué, passionnant, et extrêmement important. Le point de départ de ce récital était les études de Debussy, que j’ai enregistrées récemment et dont j’ai choisi quatre extraits variés. Debussy, bien sûr, a été influencé par les études de Chopin. Et Chopin est un grand poète du piano, qui me tient beaucoup à cœur. Je lui ai donc consacré toute la première partie de ce récital, mais avec des œuvres courtes, comme les Mazurkas (courtes mais très complexes !), des Scherzos, et plusieurs formes différentes, comme cette Fantaisie-Impromptu ou les deux Valses opus 69 qui ouvrent la seconde partie du récital.
Enfin, je termine avec La Valse de Ravel, dont le premier abord très joyeux et inspiré par les valses viennoises, ne cache pas longtemps le caractère tragique : l’influence de la Première Guerre mondiale qui marqua sans doute beaucoup Ravel, nous est sans cesse rappelée. À la fin, c’est le grand effondrement. »