Bienvenue

Bienvenue sur ce modeste blog dédié à l'information artistique et culturelle dont nous avons connaissance.

Nous recevrons avec plaisir toute information concernant un évènement que vous organisez, un livre que vous venez d'écrire, un CD que vous venez d'enregistrer...

Ce blog est géré par un journaliste professionnel.








lundi 19 juin 2017

Au Grand Hornu, un été artistique

LE GRAND-HORNU RELANCE SUMMER GRAND-HORNU

Une riche programmation durant tout l'été au Grand-Hornu


Après le succès remporté par sa première édition, le Grand-Hornu relance « SUMMER GRAND-HORNU ».

Ce programme estival propose, comme l'année dernière, une multitude d'activités aussi bien intérieures qu'extérieures imaginées autour des expositions. Cet été, le MAC's met deux artistes belges à l'honneur, le Bruxellois Philippe De Gobert et l'Anversois Wesley Meuris. Le CID, quant à lui, vous invite à plonger au coeur de la culture nippone avec une importante exposition du collectif de designers nendo.

À noter que désormais, les visites guidées des expositions du CID, du MAC's et du site historique du Grand-Hornu sont gratuites pour le public individuel.

Au programme : visites guidées d'expositions en famille, promenades botaniques, pique-niques, siestes dans nos transats, jeux d'extérieurs, apéritifs, stages... et une grande fête nationale. Autant d'activités pour vous faire passer une journée exquise au Grand- Hornu.

Expositions de l'été

NENDO : INVISIBLE OUTLINES
21.05.2017 > 01.10.2017

Après sa première exposition en 2003, le phénomène nendo s'est développé à une allure époustouflante. Sous la conduite d'Oki Sato,le collectif de designers japonais n'a cessé d'impressionner par la cohérence et la force de son vocabulaire, un dessin pétri d'épure japonaise avec un twist non dénué d'humour. Qu'il s'agisse de créer du mobilier, des objets, accessoires, articles de bouche ou aménagements architecturaux, nendo répond aux programmes les plus divers avec la même rigueur naturelle, chargée d'un énorme potentiel poétique. Aujourd'hui âgé de 39 ans, Oki Sato a accepté avec enthousiasme l'invitation du CID et s'emparera, durant quatre mois, de l'ensemble de ses espaces intérieurs : écuries, magasin aux foins, atrium, lampisterie... Son exposition sera une création exclusive, imaginée en étroite complicité avec les lieux.
Une première européenne de cette envergure.

PHILIPPE DE GOBERT
25.06.17 > 03.09.17


L'artiste belge Philippe De Gobert (1946) explore les frontières ténues qui séparent réalité et fiction. Ses photographies en noir et blanc présentent des espaces épurés aux lignes austères qui baignent dans une lumière diffuse et irréelle. Ces lieux évidés sont toutefois marqués par les traces laissées par l'humain avant qu'il ne s'absente. L'observation attentive de ces agrandissements photographiques sème cependant le doute : de ces architectures mystérieuses surgissent des incohérences d'échelles et de prises de vue. L'image, que l'on prenait pour une vue d'intérieur, se révèle être la photographie d'une maquette : des images construites, des lieux imaginés, ou encore des ateliers d'artistes fantasmés.

Pour la rétrospective proposée cet été au MAC's, photographie et maquette affranchies l'une de l'autre sont présentées dans des espaces distincts afin de souligner leurs qualités esthétiques intrinsèques, évitant ainsi l'écueil de les réduire à de simples documents. La publication d'une riche monographie accompagnera cette importante exposition du travail de Philippe De Gobert.

WESLEY MEURIS
25.06.17 > 03.09.17

Le travail de l'artiste anversois Wesley Meuris (1977) examine avec rigueur les dispositifs de présentation qui occupent les espaces d'exposition. C'est ainsi qu'il construit, de manière artisanale, du mobilier muséal et zoologique. Ces structures stéréotypées sont néanmoins vides, et
le resteront manifestement. L'objet servant d'ordinaire à montrer est désormais celui que l'on regarde, et se mue dès lors en objet sculptural. Un travail conceptuel sur les processus de monstration qui rappelle l'héritage de Marcel Broodthaers qui, en 1968 déjà, soulevait avec son Musée d'Art Moderne Département des Aigles des préoccupations semblables.

Pour l'exposition qui lui est consacrée au MAC's, Wesley Meuris présente, tels des vivariums vidés, trois « cages », ainsi qu'une installation monumentale qui interroge le spectateur sur son mode de perception de l'espace d'exposition.