Bienvenue

Bienvenue sur ce modeste blog dédié à l'information artistique et culturelle dont nous avons connaissance.

Nous recevrons avec plaisir toute information concernant un évènement que vous organisez, un livre que vous venez d'écrire, un CD que vous venez d'enregistrer...

Ce blog est géré par un journaliste professionnel.








lundi 27 février 2017

A Liège et à Anvers, l'OPRL accueille Nadja Michael et Mikhail Petrenko

 Deux chanteurs d'exception pour "Barbe bleue"



L’unique opéra de Bartók est un chef-d’œuvre rarement donné en raison de sa courte durée et de son action dépouillée à l’extrême. Pour incarner Judith et Barbe-Bleue, Christian Arming invite Nadja Michael et Mikhail Petrenko, formidables interprètes qui l’ont chanté ensemble au Metropolitan Opera de New York en 2015.

Point culminant de la saison « Mythes et Légendes » de l’OPRL, l’unique opéra de Béla Bartók « Le château de Barbe-Bleue »  est au cœur des concerts de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège et Christian Arming, le vendredi 10 mars à 20 heures  à la Salle Philharmonique de Liège et le samedi 11 mars à 20 heures à la Salle Reine élisabeth d’Anvers.  Il est précédé par l’Adagio de la 10e Symphonie de Mahler (1910), le seul mouvement de cette ultime symphonie qui ait été orchestré par Mahler lui-même.

Un opéra à l’orchestre ?

Créé à Budapest en 1918, Le château de Barbe-Bleue décrit l’affrontement de Barbe-Bleue et de sa quatrième femme, Judith. Un seul acte, un lieu unique, seulement deux protagonistes : voilà un opéra atypique  auquel les orchestres philharmoniques peuvent  se confronter, dans une version « de concert ». L’ouverture des sept portes, et la progression dramatique qui en découle, sont mis en musique par Bartók avec un sens de l’architecture et une puissance d’évocation exceptionnels. Un chef-d’œuvre rare dont Christian Arming pourra rendre toutes les richesses, sur la scène de la Salle Philharmonique.
Riche en connotations symboliques (destruction du couple, dangers de la curiosité, conflit entre le rationnel et l’intuitif), Le château de Barbe-Bleue est à la Hongrie ce que le Pelléas et Mélisande de Debussy est à la France. C’est aussi le premier opéra utilisant spécifiquement la prosodie naturelle de la langue hongroise, concrétisant ainsi le travail approfondi de Bartók sur les racines de la culture hongroise (l’œuvre est sur-titrée à Liège et à Anvers).


Deux chanteurs exceptionnels

Pour incarner Judith et Barbe-Bleue, l’OPRL invite deux grands interprètes d’aujourd’hui, Nadja Michael et Mikhail Petrenko, tous deux reconnus sur la scène internationale dans le répertoire d’opéra de la fin du XIXe et du XXe siècle (Wagner, Verdi, Richard Strauss, Janáček, Korngold, etc.). Ils ont chanté l’œuvre ensemble au Metropolitan Opera de New York, en janvier 2015.