Bienvenue

Bienvenue sur ce modeste blog dédié à l'information artistique et culturelle dont nous avons connaissance.

Nous recevrons avec plaisir toute information concernant un évènement que vous organisez, un livre que vous venez d'écrire, un CD que vous venez d'enregistrer...

Ce blog est géré par un journaliste professionnel.








vendredi 28 octobre 2016

A Liège, les Violons de Bruxelles

Photo Bernard Rosenberg
La série « Musiques du monde » à la Salle Philharmonique accueille Tcha Limberger et ses comparses, pour un concert au croisement du jazz manouche, de la musique tzigane et des Balkans.

Avec une série de quatre concerts, programmés en collaboration avec les Jeunesses Musicales de Liège, les musiques du monde s’installent à la Salle Philharmonique.
C’est le jazz manouche dans la lignée de Django Reinhardt (mais pas seulement) qui est à la fête pour ouvrir cette série, le jeudi 3 novembre, à 20 heures, avec les Violons de Bruxelles, un quintette emmené par Tcha Limberger. Suivront la Galice en décembre (« Camiño »), la Mongolie en février (Egschiglen) et l’Irlande en mai (Shantalla).
Les quatre concerts seront présentés par l’un des meilleurs spécialistes belges des musiques du monde, étienne Bours, auteur notamment de plusieurs ouvrages de référence chez Fayard.

Chanteur et violoniste aveugle, multi-instrumentiste de grand talent et digne héritier d'une famille de musiciens Sinti (tziganes), Tcha Limberger est entouré des jazzmen Renaud Crols (violon) et Alexandre Tripodi (alto) : ce trio très contrasté permet l’éclosion d’un kaléidoscope de styles , d’émotions et de swing.
Le trio s’enrichit de la présence de Renaud Dardenne (guitare), bien connu des amateurs du style, et de Sam Gerstmans (contrebasse), pilier de la scène jazz belge.

Les Violons de Bruxelles revisitent à leur manière le légendaire Quintette du Hot Club de France fondé en 1934 par les immenses Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, et en renversent la formule quasi sacrée : si la contrebasse est bien présente, il n’y a ici qu’une seule guitare (au lieu de trois) et... trois violons. Influencés par la musique des Balkans, les mélodies tziganes et le jazz manouche, ils offrent une vision nouvelle et originale de l’orchestre swing à cordes !

Né en 1910 en Belgique, dans la communauté des gens du voyage, Django Reinhardt a marqué l’histoire du jazz en inventant une façon de jouer de la guitare avec seulement 3 doigts (suite à une brûlure de la main), et surtout par sa manière d’intégrer le jazz venu tout droit d’Amérique, en  mélangeant la tradition tzigane et le jazz américain (puis le bop) : le jazz manouche était né.